IMGP0596__R_solution_de_l__cran_

ceret 2010

un  matin de novillada

PALMARES DE PACOTILLE ET TROPHEES DE VERITE

Quelle temporada avons nous vécu en 2010 ?

Il n'est pas temps encore de décerner les cactus 2010, mais il me tarde d'être en cette fin d'année où je pourrais retrouver ma sérénité acide et vous révélez mon analyse "picante" de la saison écoulée. Mais il y aura aussi quelques fleurs de cactus.

Vous l'avez constaté, je suis restée arrimée à la Feria de l'ADAC de Ceret et pour cause , je n'ai rien vu d'autre qui puisse me captiver au point de laisser mon travail et ma famille de côté , ou qui puisse  me motiver au point de sortir du lit à 5 heures du matin.J'ai toutefois pris du temps pour courir les routes et les arènes, moins que la temporada passée, car beaucoup d'affiches ne valaient pas le moindre sacrifice financier , donc pas grand chose à vous faire partager! Beaucoup de spectacles, peu de Tauromachie.

J'aurai du continuer à vous envoyer mes images et mes commentaires sur cette Haute Feria des Catalans du Nord qui, à elle seule  devrait rafler tous les prix du Sud Est et de la temporada 2010 ( organisateurs, toreros et ganaderos, sans oublier les piqueros et la cuadra Bonijol et l'orchestre!).

L'un d'entre eux est déjà tombé au bénéfice de l'ensemble du travail de l'ADAC : celui de l'Association Nationale des Vétérinaires Taurins. Cette profession, d'ailleurs indispensable au maintien de l'Honneur de la Fiesta doit pouvoir, à Ceret donc et peut être nulle part ailleurs,être en accord avec tous ses principes déontologiques.  Je n'avais d'ailleurs pas perçu que des prix étaient décernés par cette association. Merci de le faire , que vous puissiez distinguer encore beaucoup et longtemps de nombreuses ferias du gabarit de celle de Ceret. La centenaire FSTF a aussi décerné son nouveau prix "médaille d'honneur de l'Aficion" à l'Adac de Ceret.Les Critiques taurins du Sud est ont primé les Escolar Gil du dimanche céretan.

Mais à quoi se raccrocher quand tombent les palmarés de la CTEM Arlésienne dont je fais partie, ou ceux de la gentille Union des clubs taurins Paul Ricard et ceux de bien d'autres entités...

Alors abolir les palmarés et les trophées, ou  les confier aux aficionados payant leur place  ou encore à ce corps des présidents de courses (los Jefes de Plaza comme les qualifie Heriberto Lanfranchi, emblématique aficionado mexicain qui de sa haute stature et de sa main de fer a présidé 160 corridas dans la Monumental), dont nous avons tant besoin. A réfléchir, mais dans quelle instance ? UVTF, FSTF, ONCT,CTEMS....

J'aimais bien les palmarés de feu l'ANDA, pour les plus jeunes : Association Nationale De Défense des Aficionados, qui mettait en évidence le meilleur et le pire de la temporada écoulée et qui par ses"outils, égoïne, et autre râpe" flaschait sur les abus , et autres manipulations de cornes. Aujourd'hui, il faut attendre les publications des analyses de saisies de cornes de l'UVTF et publications qui ne jouissent pas d'une grande diffusion médiatique.Encore une fois la doyenne  FSTF fait oeuvre d'utilité tauromachique en particulier en honorant Gabin Rehabi, picador de grand talent en lui accordant le prix "Tio Pepe 2010" et en pointant les turpitudes du Sieur Simon Casas. Merci de garder cet esprit.   

Bref, je rêve encore , alors que même certains durs que je connais bien ont banalisé les fraudes comme un mal nécessaire. Pour moi je dirais toujours non et c'est à cause de cela que je n'irai peut être plus aux corridas et que je me ferai virer ou que l'on ne me donnera plus la parole nulle part. Tant pis!

Au nom de l'amitié et des bonnes relations, de la continuité du pouvoir économique, et politique, au nom de la toute puissance hégémonique pour le fun ou pour l'argent, que vont devenir les Valeurs de la Corrida et le respect du Toro de Lidia !

Les aficionados sincéres et engagés dérangent partout et pour tout, parfois même par leur présence silencieuse, certains aimeraient même devenir maitre de ce qu'ils pensent intimement.

Il me reste TOROS Y CACTUS que vous fréquentez régulièrement, j'en suis toujours ébahie malgré mon long silence. Donc pour vous, je vais continuer à monter mes trésors céretans

à bientôt

Evelyne Lanfranchi Monleau