Après la course ... Yvan le solitaire

 

01-27-fandino (Copier)

Yvan Fandiño restera solitaire et mais aussi seul après cette tarde qu'avant d'en faire le paseillo. Pas de triomphe médiatique, pas de puerta grande, pas d'amis fraichement enamourés...Lui et encore lui seul à ruminer dans sa tête, le pourquoi de l'insuccés.

Cà c'est pour les morts de faim de triomphalisme, de gloire paillettes!

Merci de l'avoir fait ainsi, avec six toros qui demandent plus qu'ils ne donnent !

Je n'étais pas à Las Ventas, je le déplore mais le peu d'images vidéos que j'ai pu voir, me permettent de me nourrir des détails de la Lidia à tous les instants, dans tous les recoins du ruedo. 

Les anges gardiens du Maestro ont été dans l'ombre efficaces comme dans la lumière (saluts des picadors et des banderilleros).

La rumeur des gradins, l'agitation des aficionados, les échanges entre mordus à eux seuls valent leur pesant d'or.

Yvan Fandiño, vous avez suscité le rêve, et réussit un "no hay billetes", et fait monter la tension et l'attention au zénith.

Pour cela soyez en remercié! Vous avez ramené le Toreo à la dure réalité de la Vie, à la dimension strictement humaine de la Fiesta et tel un danseur étoile épuisé, le beau a tout prix a cédé la place à l'homme strictement mortel face aux éléments et aux lois de la pesanteur.

j'espère que personne n'attendait un toro de 100 passes, mais bien un toro combattant sans mièvrerie , il eut suffi d' un seul sur six qui allie force, sauvagerie et noblesse pour entrer dans l'Histoire, une autre fois... Ils furent tous âpres et exigeants me semble t'il. Je demanderai à mes amis ...

Cela tient à si peu de choses!

Evelyne Lanfranchi Monleau

lundi 30 mars 2015